La Dermatillomanie est un trouble caractérisé par la vérification, le triturage et/ou le grattage répété et excessif de la peau induisant des lésions des tissus. C’est un Comportement Répétitif Centré sur le Corps.

Depuis Juin 2015, la dermatillomanie est classée dans le DSM-5 (Diagnostic and Statistical Manual of Mentor Disorders) au niveau des « Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC) et apparentés ». Plusieurs études rapportent que la prévalence clinique de la dermatillomanie est estimée aux alentours de 1,4% à 5,4% de la population générale.

La personne affectée est généralement atteinte d’une acné légère, mais à cause de ses tendances anxieuses, elle la considère comme plus grave qu’elle ne l’est réellement.

Cela se traduit par un grattage répété et incontrôlé de la peau, d’une ou plusieurs zones du corps, du cuir chevelu aux pieds, le visage étant généralement la zone principalement touchée.

Les comportements s’accompagnent d’un sentiment de plaisir ou de soulagement au moment de l’impulsion, précédé d’un sentiment croissant de tension, d’anxiété ou de stress.

Ces impulsions de grattage (gratter les irrégularités de la peau) ou de triturage (percer la peau pour faire sortir les imperfections) sont des séries de gestes reconnus comme irrationnels par la personne, qui peuvent être répétés de façon ritualisée, non contrôlée et envahissante. Ce trouble peut entraîner des conséquences néfastes pour la vie quotidienne et devenir handicapant dans la vie personnelle, sociale, professionnelle ou scolaire.

Ce comportement témoigne d’un malaise affectif et d’estime de soi qui peut être accentué par l’anxiété, la solitude, la déprime ou l’ennui. C’est une décharge impulsive et psychomotrice d’une tension interne et psychologique.

La dermatillomanie peut avoir lieu à tout moment de la journée, du matin au soir. Mais généralement, les comportements s’exercent en soirée et avant de se coucher, afin d’évacuer les tensions internes de la journée (comportement inconscient) et parce que les triturages et grattages répétés auront le temps de cicatriser pendant la nuit.

Ces impulsions s’apparentent à des crises pouvant durer de plusieurs minutes à plusieurs heures par jour, parfois sans que la personne ne s’en rende compte (état de semi-conscience ou dit « hypnotique »).

Le Dermatillomane reste devant le miroir à la recherche de ses imperfections, ou passe la main sur la peau de son corps afin de se gratter. Il sait que c’est mauvais pour lui et que s’en suivra un grand sentiment de honte et de culpabilité. La personne a l’impression de purifier son corps à ce moment et de le débarrasser de ses imperfections. Mais en réalité, elle attaque l’épiderme et crée des plaies qui risquent de s’infecter, et créeront de nouvelles impuretés que, la personne voudra à nouveau combattre. Les déclencheurs sont multiples : stress, anxiété, contrariété, émotions négatives, colère refoulée, ennui, culpabilité, honte de soi, sensation de vide, tabous, non-dits, déception de soi, manque d’affirmation.

Bibliographie

Anzieu D. Le moi peau
Fabre M. la peau : reflet de votre était physique et psychologique
Misery L. Peau neuronale ou les nerfs à fleur de peau
Pomey-Rey D. La peau et ses états d’âme : Comprendre les maladies de peau pour mieux les soigner
Pomey-Rey D. Bien dans sa peau bien dans sa tête
Hartlin A. Forever Marked : A Dermatillomania Diary
Florendale D. The Complete Guide to Compulsive Skin Picking Disorders